Les médicaments dangereux : Décryptage

Le risque principal est de mettre en péril la santé publique si ardemment défendu par notre filière sanitaire. La recherche et le développement des laboratoires sont proches des résultats obtenus lors de nombreux tests sur des sujets sains ou atteints d’une maladie spécifique. La mise sur le marché d’un médicament est obtenue après de nombreux tests (AMM) via un numéro unique, mais quelques années plus tard les dommages collatéraux que l’on connaît apparaissent. Cela paraît regrettable, à une époque où l’espérance de vie en bonne santé est sensée augmenter.

La santé animale étant intimement liée à notre santé, les pouvoirs publics ont imposé des normes draconiennes quant aux traitements réalisés sur les animaux que nous mangeons, et ont créé des organisations comme la DSV (Direction des services Vétérinaires). Ces mêmes pouvoirs publics tentent aujourd’hui de faire le ménage parmi les différentes molécules incriminées dans les scandales sanitaires actuels.

En effet, à l’heure actuelle des personnes influentes, comme le doyen d’une faculté de médecine dénonçant dans un ouvrage 4000 médicaments potentiellement dangereux, remettent en cause les différentes actions menées en amont de la validation d’une molécule. Les médicaments incriminés sont de plus assez populaires, et peuvent engendrer des interactions très nocives pour un organisme sain, a fortiori pour un organisme affaibli. Le temps des cobayes est-il réellement derrière nous ?

Nous nous devons de rester vigilants quant aux médicaments qui nous sont prescrits, à charge des pouvoirs publics de retirer de la vente certaines molécules sur lesquelles pèsent de trop forts soupçons. Aux professionnels de santé également de prescrire les traitements en fonction de leur utilité première,ce qui actuellement, est loin d’être le cas : voir les exemples du Mediator, ou encore de Diane 35. Une solution alternative serait de renforcer l’éducation thérapeutique en privilégiant les doses homéopathiques ou la phytothérapie (traitement par les plantes).

 

Laisser un commentaire